Appelez-nous au 03 84 36 61 10

La puce

La puce2019-12-11T15:12:55+01:00

Biologie et Cycle de vie de la puce

Les puces adultes sont exclusivement les parasites d’animaux à sang chaud. On la retrouve chez les mammifères, bien que les oiseaux puissent également être infestés. Bien qu’elles montrent certaines préférences pour des hôtes spécifiques, elles peuvent parfaitement infester d’autres animaux en l’absence de leur “hôte normal”. En fait elles sont plus orientées sur le “nid” que sur “l’hôte”, en effet, l’adulte peut se nourrir du sang d’un grand nombre d’animaux.

La larve requiert quant à elle, des conditions plus précises associées au mode d’habitat et de nidification de l’hôte et non aux caractéristiques de son sang.
Les puces du chat sont à la base de la plupart des infestations, les autres n’étant dues qu’à un certain nombre d’espèces d’oiseaux et d’animaux. Les infestations par la puce de l’homme sont désormais rares.

L’importance actuelle de la puce du chat peut être expliquée par le nombre croissant d’animaux domestiques présents dans les foyers et par le fait que, bien souvent, leur litière est négligée lors des traitements anti-puces. La présence de moquette murale créée également un environnement peu perturbé facilitant le développement larvaire, et le chauffage central a fourni aux puces les conditions de température idéales.

puce-desinsectisation-anti-parasitaire-insecticide

Les Caractéristiques de la puce

La puce est un insecte de la famille des Cténocéphalidés, voici quelques détails à connaitre sur ce parasite :

  • Durée de développement de l’œuf a l’adulte : 1 mois environ.
  • Durée de vie adulte : 1 an environ.
  • Nombre d’œufs par femelle : 400 en moyenne.
  • Conditions d’ambiance de prolifération : 15 à 30° C – HR Sup. à 40%.
  • Régime alimentaire de la larve et de l’adulte : débris organiques animaux, sang

D’autres espèces de puces communes :

  • Du chien ou Cténocephalides canis (Cur.).
  • Du chat ou Cténocephalides felis (Bou.).
  • Puce de l’homme ou Pulex irritans (L.).
  • Des rongeurs ou Xenopsylla spp et Leptopsylla spp…
  • Des oiseaux ou Echidnophaga spp.

Insecte actif jour et nuit la puce mesure de 1 à 8 mm et est capable de sauter à plus de 30 cm de haut. Dépourvue d’ailes, la puce se nourrit exclusivement de sang grâce à son appareil buccal suceur (percé de deux canaux, par l’un est injecté la salive dans la plaie, par l’autre est aspiré le liquide organique).

Passant de l’œuf au stade pupal dans un délai de 3 semaines à 4 mois (en fonction de la température), son ultime métamorphose, nécessitant du sang pour s’accomplir, est liée à la présence d’un hôte : chien, chat ou humain. Cette attente peut durer plusieurs mois, d’où des invasions soudaines dans les locaux longtemps inoccupés.

Les nuisances de la puce

Les puces peuvent être vecteurs pathogènes ou transmettre des vers parasites. La plus sévère infection transmise par les puces est la peste bubonique, dont le bacille est transmis du rat infecté à l’homme par la puce du rongeur (Xenopsylla cheopis).

Par le passé, la puce du rongeur fut responsable de sévères épidémies de peste bubonique, notamment la “Grande Peste” de Londres en 1665. La puce du rongeur est également le vecteur du typhus murin et, en raison de sa grande capacité à s’attaquer à l’homme autant qu’au rat, elle est probablement parmi toutes les espèces de puces, le vecteur pathogène majeur.

La puce du chien est l’hôte intermédiaire de la cénure de taenia multiceps (Dipylidium canicum), dont l’hôte vertébré est généralement le chien et, plus rarement, le chat mais peut parfois être transmis à l’homme.

En Europe par exemple, les puces ne sont, d’une façon générale, pas responsables de la transmission pathogène. Toutefois, elles sont extrêmement désagréables en raison des piqûres qu’elles infligent et des stigmates sociaux liés aux puces, profondément ancrés dans les mentalités. Occasionnellement, des problèmes psychologiques surviennent avec l’apparition de parasitose délirante : les victimes s’imaginent alors infectées d’ectoparasites.

Comment se débarrasser des puces ?

Première étape, détection et nettoyage.

Si vous souhaiter éradiquer des puces, il faut d’abord déterminer l’origine de l’infestation. Il vous savoir si les puces proviennent des animaux domestiques dans la maison ou de nids d’oiseaux à l’extérieur.

Avant d’appliquer un insecticide contre les puces, les tapis, les sols et les meubles doivent être soigneusement nettoyés en passant l’aspirateur. Les vêtements, literies et litières infestées devront être lavés de façon intensive. Des mesures identiques devront être prises à l’encontre des nids d’oiseaux désertés et des litières des animaux.

Seconde étape, le traitement insecticide.

Ensuite, les entrepôts, garages ainsi que toutes les pièces de la maison (ou autre bâtiment) seront pulvérisés en intégralité. Ce traitement doit s’appliquer jusqu’à une hauteur de 50 à 80 cm sur les murs, avec l’OCCI 330 ou un insecticide en concentré émulsionnable. Privilégiez les endroits où les animaux domestiques dorment et se tiennent le plus souvent. Par exemple, appliquer l’insecticide sur les tapis, les fentes, les fissures, les joints… Il ne faut pas oublier les véhicules si les animaux domestiques y sont transportés. L’hôte devra également être traité par des colliers ou par d’autres systèmes anti-puces.

Dans des appartements, des maisons, il peut être intéressant de compléter la pulvérisation de l’insecticide par l’utilisation d’aérosols à usage unique : OCCI TOUS INSECTESen respectant le nombre d’aérosol par surface. Enfin, un nettoyage régulier supprimera les sources de nourriture des insectes et contribuera donc dans une large mesure à leur contrôle.

Remarque : Lorsque des rats ou souris auront été identifiés comme listes primaires, une dératisation sera conseillée.

Nous sommes prêts à intervenir

N’attendez pas pour agir

Contacter LOGISSAIN – 03 84 36 61 10
Connectez-vous à notre extranet
logissain-lutte-anti-nuisibles